Nous offrons la livraison internationale

Le Kilimandjaro et reconnecter avec son enfant

Je reviens d'un séjour au Kilimandjaro.  Ce voyage je l'avais rêvé depuis plus de 10ans et quand est venu le temps de partir pour vivre ce rêve, j'étais dans le doute.  Je devais quitter mes enfants pour plus de 17 jours.  Ce que je n'avais jamais fait en 15 ans.  Bien que j'étais capable de les laisser avec leur père pour 1 semaine en garde partagée, je n'avais jamais été si loin et jamais je n'avais pris le risque de faire une telle expédition.  Et si ..... si pendant mon absence il devait m'arriver quelque chose, si un de mes enfants était malade, si un malheur se produisait?

Ces tourments, cette culpabilité ont bien failli en venir à point et me faire annuler ce voyage tant rêvé!

Ce qui m'a permis de continuer mon expédition et enfin partir fut cet objectif et de prendre cette photo au sommet du Kilimandjaro!

 

J'étais à bout d'être une maman, fatiguée de répéter, tannée de la routine auto-boulot-dodo, pu capable d'entendre les sonneries de mon téléphone, incapable de me regarder dans le miroir sans y voir que les rides et la fatigue qui s'installaient sur mon visage.  Ce sourire sans éclat, ces yeux fatigués, ce corps qui n'était plus aussi performant, actif et peut-être mou à certains endroits.

Vous allez penser. Quoi ?  Elle se sent comme ça?  Elle qui fait des chroniques éducationnelles, qui écrit des livres sur la zénitude, sur les meilleures méthodes pour éduquer les enfants, sur le mieux-être.... elle ne peut pas se sentir comme ça!  Alors, oui j'ai bien caché ces émotions, ces peurs, ces tourments qui m'envahissent !  Alors, ce voyage je devais le faire pour reconnecter avec moi, avec la France que je suis, celle qui a toujours des projets plein la tête, qui est souriante, joyeuse, patiente, zen.  Je devais la retrouver.

 

Alors en faisant les premiers pas vers l'ascension du Kili, les émotions sont montées en moi.  Je les ai nettoyés une à une, pas à pas, larme par larme.  Les doutes ont refait surface, les peurs m'ont envahi, les souffrances enfouies ont remonté, alors à chaque pas de plus qui me rapprochaient du sommet, je les ai reprogrammées, j'ai réécrit qui je voulais être et ce que je désirais laissé comme message à mes enfants, mes ami(e)s, mon chum, ma famille, mon réseau PedaYOGA.  

 

Voici 5 de mes trucs que j'ai appris ou appliqués pour me retrouver et maintenant retrouver la maman que je désire être pour mes enfants.  Les 5 conseils pour reconnecter avec son enfant, mais avant tout avec soi.

 

1-  Se retrouver et voir en nous nos qualités.  Qui suis-je comme femme, maman, amie, collègue, comme auteure?  Quelles sont mes qualités?  Et je me les répète tous les jours pour qu'ils restent bien ancrés en moi et que les qualités l'emportent sur mes défauts.

 

2- Ralentir.  Ma monté le sommet du Kili, j'ai appris que chaque pas vers le sommet compte et que la vitesse n'a pas d'importance.  Alors, il faut apprendre à ralentir la cadence pour être mieux dans son corps, dans sa tête et dans son coeur.  En voulant atteindre le sommet, mon guide me répétait Pole Pole, ce qui veut dire lentement.

 

3- Définir son sommet et se fixer un objectif.  Travailler n'est pas un objectif.  J'ai reprogrammé ce qu'on m'avait appris.  Sois indépendante, travaille et réussis ce que tu entreprends.  Mais on ne m'avait pas montré comment choisir son objectif, quelle mission je désirais entreprendre.  Pour moi, le Kili n'est qu'une montagne et le mot Kili veut dire Difficile à atteindre.  Un objectif doit être audacieux et pour vraiment vivre son accomplissement, il faut qu'il ait un sens pour soi.  Ma mission- Mon Kili c'est de continuer à gravir les sommets pour le mieux-être et l'apprentissage des enfants.  Quel est votre Kili?

 

4- Rester brancher sur soi, sur les autres et éliminer la technologie, les bidules électroniques et connecter avec les gens autour de soi afin de développer des relations authentiques et durables.  J'ai besoin qu'on me regarde, qu'on m'écoute et qu'on m'admire avec attention, amour et présence.  Je me dois d'être ce à quoi je m'attends des autres.  Donc, j'offre à mes enfants ce que je désire en retour.  Je suis une meilleure personne, une meilleure maman puisque je m'intéresse aux autres. 

 

5- Je vois le bon dans les autres.  Il est trop facile de se laisser distraire par les défauts des autres, par les comportements dérangeants, les troubles, les défis, les obsessions, les peurs, les doutes des autres.  Donc, je décide d'être une personne qui voit le BON dans l'autre et je fais place à l'amour inconditionnel plutôt qu'au jugement.

Voici ce que cette montagne si majestueuse m'a appris.... je vous souhaite une vie Pole-Pole! Une vie authentique, remplie d'amour et de patience pour vos petits trésors.  Et le premier pas que vous pouvez faire est de nourrir l'enfant intérieur que vous avez probablement oublié!

 

Au plaisir de vous vous retrouver lors d'un atelier sur le sujet de la reconnection avec soi, ses enfants et les autres.  

 

Namasté,

France Hutchison

 


Réalisation de Distantia