Nous offrons la livraison internationale

La recherche sur le TDAH et le yoga

 

Les résultats de mémoires de recherche ont indiqué une amélioration significative entre le pré-test et le post-test aux sous-tests suivants de l'échelle de Conners pour le parent: comportement d'opposition, troubles émotionnels, anxiété, impulsivité, et hyperactivité. Enfin, une réduction de l'agressivité, de la colère et des tensions a été notée à la suite de l'implication des sujets dans le programme de yoga. Bien que les comportements d'opposition ne sont pas inclus dans la liste du DSM-IV, ils sont fréquemment associés et observés chez les enfants ayant un TDAH (comorbidité).

Jensen et Kenny (2004) soulignent que même avec la médication, les comportements ne sont jamais complètement normalisés. Ainsi, adopter une alternative comme complément au traitement demeure une nécessité pour optimiser les effets thérapeutiques.

  • Les principaux résultats de cette recherche ont dévoilé que les symptômes majeurs du TDAH tels que l'inattention, l'hyperactivité et l'impulsivité ont diminué significativement à la suite du programme.
  • À l'école les enfants semblaient plus aptes à se concentrer et ils vivaient moins de conflits avec les pairs.
  • D'ailleurs, ceux-ci rapportaient même qu'ils se sentaient plus calmes, moins paniqués et plus relaxés.
  • Certains symptômes associés au TDAH ont aussi diminué tel que l'anxiété et une faible confiance en soi.
  • Les évaluations des parents concernant l'estime de soi de leur enfant a dévoilé une augmentation au niveau de la confiance des enfants envers eux- mêmes, dans les habiletés sociales et dans leur participation à la vie familiale.
  • La relation parent-enfant s'est améliorée significativement par une diminution des conflits.
  • Les enfants ont précisé qu'ils étaient davantage capables de se concentrer à l'école.
  • Les parents ont observé chez leur enfant une augmentation de l'estime de soi et une amélioration de leur sommeil.
  • En ce qui concerne les différents programmes sensorimoteurs, la littérature indique l'amélioration de la coordination motrice de l'enfant avec TDAH et la réduction de ]'hyperactivité sont plus déterminants lorsque ces programmes tendent vers la stimulation de l'enfant au plan sensoriel et moteur.
  • Ainsi, l'évaluation des symptômes d'hyperactivité révèle que le programme spécifique de yoga n'a pas permis de progrès sur cette fonction puisque les participants ne se distinguent à aucune des mesures. On ne peut donc conclure à un effet spécifique de programme pour cette variable.

En effet, l'utilisation d'une éducation cognitive dès le jeune âge permettrait d'améliorer l'utilisation déficitaire des fonctions cognitives et métacognitives. Selon Paoletti (1999), la participation active la plus complète pour l'élève dans n'importe quelle situation est sans aucun doute la participation physique et motrice car l'enfant y investit toute sa capacité d'attention. Le mouvement satisfait aussi cette curiosité innée qui incite l'enfant, dès son plus jeune âge, à explorer le monde qui l'entoure l'amélioration de la coordination motrice de l'enfant avec TDAH et la réduction de l'hyperactivité sont plus détenninants lorsque ces programmes touchent la stimulation de l'enfant au plan sensoriel et moteur.

Ce programme valorise la stratégie corporelle- kinesthésique par la stimulation de la mémoire kinesthésique, visuelle et auditive et a pour but de faciliter l'intégration par l'élève d'autres activités pédagogiques telles que la lecture, les mathématiques et les sciences.


Réalisation de Distantia